First things first… Je vous souhaite, à vous qui passez par là, une merveilleuse nouvelle année ! Que 2018 vous apporte joie, fous-rire, expériences, aventures, réussite, beaucoup d’amour et toutes les belles choses dont vous pouvez rêver !

Pour cette nouvelle année, j'ai juste décidé d'être enfin moi. Bonne année 2018 !

Allez, salut 2017 ! Et, bienvenue à toi 2018 !

 

J’avais envie de faire un article « bilan », et puis, l’envie m’est passée.

J’avais envie de faire un article « résolutions » mais je n’aime pas ça. Elles mettent la pression inutilement et ne nous accompagnent généralement pas très longtemps dans l’année.

Mais j’avais quand même envie de faire un article sur la nouvelle année. Alors quoi écrire ? J’ai retourné les sujets dans tous les sens. Pour revenir à mon point de départ: le bilan. Mais, pas comme je voulais l’aborder au départ. Non, je ne vais pas parler des choses que j’ai fait pendant l’année. Je ne vais pas non plus parler des objectifs atteints – ou pas.

Il y a encore quelques jours, j’avais un sentiment amère face à cette fin d’année. Me disant qu’elle n’avait pas été très passionnante. Que je n’avais pas fait tout ce que j’aurais voulu. Que c’était nul. Et puis, finalement, en retraçant les mois, je me suis rendu compte que je ne regardais pas de la bonne façon. Je n’ai effectivement pas cocher tous les objectifs de ma liste, et quoi? On ne peut pas toujours être à 100%. Au lieu de penser à ça, je préfère me concentrer sur le positif.

2017 m’a appris beaucoup. Mais genre, vraiment beaucoup. Sur moi, sur les autres, sur ma vision de la vie, sur ma façon d’appréhender les choses.


Les bases sont fondamentales


Je n’ai pas accompli tous les objectifs que j’avais en début d’année dernière. Peu importe, j’en ai modifié certains et j’ai gardé les autres. J’achèverais ces objectifs. J’avais juste besoin d’un peu plus de temps. En fait, 2017 m’a permis de poser les fondations. J’ai eu besoin de temps. Je ne voulais pas le prendre. J’avais l’impression de gâcher ma vie, de ne pas aller assez vite. Force est de constater qu’au contraire, je bâtissais les premières marches, où plutôt, je les reconstruisais. Parce que quand on y pense, c’est vrai, qui a envie de monter sur un escalier qui risque de s’écrouler à chaque instant ? En 2017, j’ai construit, j’ai solidifié. Oui, ça a prit du temps, mais tout était dans un si mauvais état.


Le lâcher prise


J’ai compris que mes erreurs passées n’en étaient pas. Elles sont des expériences, des étapes à passer et qu’il faut savoir lâcher prise sur les choses qu’on ne peut plus changer. Je me disais souvent, « si j’avais pris telle décision », « si j’avais fait d’autres choix », « si je n’avais pas écouté telle ou telle personne », ma vie serait meilleure. Mais en fait, on n’en sait rien. Elle aurait pu être bien pire aussi. Rien ne sert d’avoir des regrets, on ne sait pas ce qui aurait pu où non se passer et on ne le saura jamais. Je sais bien que ça n’est pas toujours évident. Je travaille encore dessus. Mais, quand on commence à lâcher prise sur les regrets, je vous assure, ça fait vraiment du bien.

On ne peut pas tout contrôler, tout planifier. Les événements, que se soit professionnels ou personnels, ne se déroulent pas toujours comme on le pensait. Ce qui va faire la différence, c’est notre façon de réagir, de s’adapter. Ni plus ni moins. Juste prendre les choses comme elles viennent et voilà.


Savoir où l’on va


Après 2 ans à travailler comme Community Manager Freelance, je peux le dire, j’aime ça. Bien sûr, il y a des moments de doute. J’ai même très sérieusement envisagé de postuler à des offres de salarié. Mais non, ça n’est pas pour moi et je n’allais pas le faire pour les bonnes raisons. J’aime être indépendante. Ce que je n’aime pas, c’est devoir me vendre auprès de mes clients, devoir gérer le fait que certains se croient tout permis, qu’ils ne comprennent pas les limites, que Community Manager est un métier à part entière. Bref, des petites choses comme cela. J’ai la chance que tout se soit toujours bien passé avec mes clients, là n’est pas la question. Simplement, je me rends compte que certaines choses ne me plaisent pas et j’ai déjà des idées pour « réorienter » – un tout petit peu – mon projet. Et ça, c’est énorme. Je ne sais pas encore ce que ça va donner, mais pour la première fois de ma vie, c’est hyper clair dans ma tête. Rien que ça, ça me met en joie!  ahah


Être soi, avant tout


Voilà. Ça aurait pu être le seul point de cet article finalement. J’ai compris que je voulais être moi. Ne pas faire semblant, ne plus jouer un rôle. Arrêter d’adapter mes décisions pour faire plaisir, pour être sûre de ne froisser personne. Je veux m’écouter, moi et ma petite intuition dans le ventre. Tout n’est pas encore gagné. Mais j’ai fait tellement de progrès là-dessus. Ça me rend fière, beaucoup et c’est cool.


J’ai compris que j’attendais avec impatience cette nouvelle année.


Je suis sortie de ma dépression. J’ai retrouvé le goût de vivre. Mes passions sont revenues. Je me suis retrouvée. J’ai osé dire ce qu’on ne voulait pas m’entendre dire.

Finalement, si je n’avais qu’un seul objectif pour 2018, ça serait que cette année me permette de monter les marches, vous savez, celles que j’ai solidifié en 2017. En fait, maintenant que je me suis retrouvée, que je vais mieux, la seule chose que je puisse espérer, c’est de passer à l’action. Alors, let’s see what’s happen pour cette nouvelle année ! 😉

Et vous, quel est votre bilan de 2017 ? Avez-vous des objectifs pour cette nouvelle année ?

À très vite,

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.